About CCPAC

What We Do

Legislators and staff from federal, provincial and territorial public accounts committees across Canada meet each year simultaneously with the Canadian Council of Legislative Auditors to discuss matters of mutual interest relating to financial accountability.  The annual CCPAC and CCOLA conferences also permit the delegates to participate in a joint session to discuss subjects of mutual interest to elected officials and legislative auditors.

CCPAC History

In 1978 — The Chair of the Ontario Standing Committee on Public Accounts, T. Patrick Reid, MPP, was invited to attend the annual conference of the 11 legislative auditors of Canada held in Edmonton.  As a result of that meeting, he asked the auditors if they would mind if the chairs of public accounts committees from across Canada met with them at the same time and same place to improve their partnership and to develop a more common understanding of accounting concepts.  The original suggestion of having a joint session is attributed to Willard Lutz, Provincial Auditor for Saskatchewan (1972-1989).

1979 Conference — The Council’s first conference was held in St. John’s, Newfoundland to coincide with the 7th annual meeting of the Canadian Council of Legislative Auditors.

In 1980 — The founding meeting of the Canadian Comprehensive Auditing Foundation (CCAF) was held in Ottawa.  Its first major research project was to examine the role and function of Canadian public accounts committees and legislative auditors.  Three legislators served on the study’s advisory committee: T. Patrick Reid, MPP, Chair, Ontario Public Accounts Committee; Ernest Hall, MLA, Chair, British Columbia Public Accounts Committee; and Angus C. Ree, MLA, Secretary, British Columbia Public Accounts Committee (there was no Committee Clerk at the time).

The CCAF published its report, Improving Accountability: Canadian Public Accounts Committees and Legislative Auditors, in 1981.  This report is still used today in discussing issues relating to the role and functions of public accounts committees.

1981 Conference — In St. Andrews, delegates approved the formation of the Canadian Council of Public Accounts Committees, with a three-member board of directors.  T. Patrick Reid was elected as the Council’s first president, and the two vice-presidents were Edward Twohig, MLA, Nova Scotia (eastern representative) and Ernest Hall, MLA, British Columbia (western representative).  Dr.Graham White, Committee Clerk, Ontario was the first Secretary of the Council and served in this capacity until 1985.

1982 Conference — Delegates at the annual meeting in Victoria adopted the first constitution of the Canadian Council of Public Accounts Committees.  The Council’s President summarized the organization’s purposes in the following way:

“We’re here basically to upgrade our confidence as public accounts committees; to increase our own knowledge; to give our committees a higher profile; and to exchange views and ideas.  Our intention is improving our own committees and their operations and hopefully ensuring that the taxpayers are getting the best bang for the buck.” (T. Patrick Reid, MPP)

1984 Conference — It was agreed in Charlottetown to have the PAC Clerk in the jurisdiction hosting the Council’s next annual meeting serve as Conference Secretary.  Missy Folwell, Clerk Assistant, Yukon, became the first such appointee for 1984-85.

1985 Conference — At the annual meeting in Whitehorse, the delegates formalized the procedure for filling the positions on the three-member board of directors in order to assist future conference planning.  The President would be the PAC Chair in the jurisdiction hosting the next annual conference and the two vice-presidents the PAC Chairs hosting the meetings in the following two years.   Craig James, then Clerk Assistant and Clerk to the Standing Committee on Public Accounts in Saskatchewan, was appointed Executive Secretary of the Council and has served in this capacity, to date.

On March 22, 1986 — A mid-winter executive meeting was held at the Québec National Assembly.  The executive reviewed the Council’s constitution and agreed to a series of amendments, subject to ratification by the membership at the annual meeting in July 1986.   

1986 Conference — The Council’s Constitution was amended at the Regina meeting.  A new section 6(d) was added, stating that an Executive Secretary shall be elected every two years at the annual meeting. One function would be to coordinate the publication of the series, “Public Accounts Committee Activity,” in the Canadian Parliamentary Review.  Articles in this series appeared in the following issues: Spring 1986, Summer 1986, Autumn 1986, Winter 1986-87, Autumn 1987,Winter 1987-88, Spring 1988, Autumn 1988 and Autumn 1990.

1987 Conference — A subcommittee was appointed at the meeting in Québec City to develop guidelines of a model public accounts committee in Canada and to report its findings to the Council in July 1988.  The members of the subcommittee were: Winston Baker, MHA (Newfoundland); Darlene Mazari, MLA (British Columbia); Aideen Nicholson, MP (Canada); and Ed Philip, MPP (Ontario)

1988 Conference — In Halifax, the delegates adopted the subcommittee’s report, which was subsequently published and distributed in 1989 as Guidelines for Public Accounts Committees in Canada.  These guidelines are still relevant for contemporary committees.

1990 Conference — At the Council’s annual meeting in St. John’s, members decided to treat the Guidelines report as a “working document” only, since no outside body can make decisions binding individual parliaments to act in a certain manner.

In 1991 — The Council published a survey providing an implementation comparison among Canadian jurisdictions of both Improving Accountability (1981) and the Guidelines (1989).

In July 1992 — The Council published its Task Force Report on Crown Corporation Accountability and a follow-up report a year later.  The members of the task force were Leonard Evans, MLA (Manitoba), Jean-Robert Gauthier, MP (Canada) and Rick Swenson, MLA (Saskatchewan).

In March 1994 — The first CCPAC Handbook was published.  It was revised in the autumn of 1994, June 1997 and 2000.  It replaced the directory of all public accounts committees across Canada, and in selected countries, which was created for CCPAC members and associates in 1987 and revised in February 1990 and March 1991.

1994 Conference —At the annual meeting in Charlottetown, the Council’s Constitution was amended, as a result of a review undertaken during 1993-94.

1996 Conference — The Council launched its own website at the opening of the 17th annual conference in Victoria.  It included copies of the CCPAC Handbook, the comparative jurisdictional survey, the Crown corporation accountability study, and the 1996 conference transcripts.

In the Spring of 1998 — The Council published the first issue of its bilingual newsletter, Scrutiny and L’Imputabilité.

1998 Conference — At the annual meeting in Yellowknife, delegates endorsed, in principle, the creation of an international association of public accounts committees.  A committee made up of John Williams, MP (Canada), Shiraz Shariff, MLA (Alberta) and Craig James, Executive Director (British Columbia) was struck to explore the issue further.  To date, no report has been issued.

1999 Conference — The National Assembly of Québec hosted the first triple conference.  The CCPAC, the Canadian Council of Legislative Auditors and the Federal/Provincial/ Territorial Comptrollers all held their annual meetings at the same time in Québec City.

The purpose of the joint CCOLA/CCPAC session was to explore potential ways of strengthening relationships between auditors and legislatures and to identify good practices followed by legislative auditors and public accounts committees. The discussion was based on the results of a survey distributed by the Office of the Auditor General of Québec to all legislative audit offices and PAC Clerks.  

In 2004 — The Office of the Clerk of Committees, Legislative Assembly of British Columbia, redesigned the Council’s website. 

Please send additions to the “CCPAC History” section, or any corrections, to: ClerkComm@leg.bc.ca

À propos de CCCP

Rôle

Législateurs et employés des comités des comptes publics fédéral, provinciaux et territoriaux du tout le Canada se rencontrent simultanément chaque année avec le Conseil canadien des vérificateurs législatifs pour discuter de sujets d’intérêts mutuels sur la responsabilité financière.  Ces conférences annuelles du CCCCP et du CCVL permettent aussi aux délégués de participer à des séances conjointes pour discuter de sujets d’intérêts mutuels aux élus et vérificateurs législatifs.

Historique

1978 — Le président du Comité des comptes publics de l’Ontario, T. Patrick Reid, député, est invité à participer à la conférence annuelle des onze vérificateurs législatifs du Canada à Edmonton.  Il demande alors aux Vérificateurs s’ils s’objecteraient à ce que les présidents de tous les comités des comptes publics du Canada se réunissent au même moment, au même endroit, afin d’améliorer leur partenariat et développer une compréhension commune des principes de reddition des comptes.  La suggestion initiale de tenir des réunions conjointes est attribuée à Willard Lutz, Vérificateur provincial de la Saskatchewan (maintenant retraité).

1979 — La première conférence du Conseil a lieu a St. John’s, Terre-Neuve, et coïncide avec la septième conférence annuelle du Conseil canadien des vérificateurs législatifs.

1980 — Création de la Fondation canadienne pour la vérification intégrée (CCAF-FCVI) à Ottawa.  Son premier projet de recherche d’importance examine le rôle et les fonctions des comités des comptes publics canadiens et des vérificateurs législatifs.  Trois législateurs siègent au comité consultatif :  T. Patrick Reid, député, président du Comité des comptes publics de l’Ontario; Ernest Hall, député, président du Comité des comptes publics de la Colombie-Britannique et Angus C. Ree, député, secrétaire du Comité des comptes publics de la Colombie-Britannique (à l’époque le poste de greffier du comité n’existe pas).


En 1981 la CCAF-FCVI publie son rapport Les comités des comptes publics et les vérificateurs législatifs.  Une plus grande responsabilité.  Ce rapport est utilisé encore aujourd’hui dans les discussions portant sur le rôle et les fonctions des comités des comptes publics.

1981 — St. Andrews:  les délégués approuvent la formation du Conseil canadien des comités des comptes publics qui comporte un conseil d’administration de trois membres.  T. Patrick Reid est le premier président élu et les deux vice-présidents sont Edward Twohig, député de la Nouvelle-Écosse, représentant l’Est, et Ernest Hall, député de la Colombie-Britannique, représentant l’Ouest.  Le premier secrétaire du Conseil est le docteur Graham White, greffier de comité de l’Ontario, qui restera en poste jusqu’en 1985.

1982 — Les délégués à la réunion annuelle tenue à Victoria adoptent les premiers statuts du Conseil canadien des comités des comptes publics.  En voici les buts ainsi que résumés par le président du Conseil:

“La raison fondamentale de notre existence est  de bâtir une plus grande confiance à l’égard des   comités des comptes publics; d’accroître nos propres connaissances; d’améliorer l’image des comités; et d’échanger vues et idées.  Notre intention est d’améliorer nos propres comités et leur fonctionnement et de s’assurer que les contribuables en ont pour leur argent”  (T. Patrick Reid, député)

1984 — C’est à Charlottetown que l’on décide que le greffier du Comité des comptes publics de la juridiction de la réunion annuelle suivante agira à titre de secrétaire de la conférence. En 1984-85, Missy Folwell, greffier adjointe du Yukon, devient la première secrétaire de conférence ainsi désignée.

1985 — C’est à la réunion annuelle de Whitehorse que la procédure de nomination aux trois postes du conseil d’administration est proclamée.  Cette procédure facilitera désormais la planification des conférences.  Ainsi le président sera le président du comité des comptes publics de la juridiction hôte de la conférence annuelle suivante et les deux vice-présidents seront les présidents des comités des comptes publics des juridictions où se tiendront les conférences au cours des deux années ultérieures.  Craig James, à ce moment greffier adjoint et greffier du Comité des comptes publics de la Saskatchewan, est nommé secrétaire exécutif et détient ce poste depuis.

1986 — 22 mars — Le Comité directeur tient sa réunion à l’Assemblée nationale du Québec et procède à la révision des statuts du Conseil et adopte une série de modifications, à être entérinées par les membres lors de la réunion annuelle de juillet 1986.

1986 — Les statuts modifiés sont adoptés à Régina.  Un nouvel article 6(d) est ajouté, statuant que le secrétaire exécutif sera dorénavant élu aux deux ans lors de la conférence annuelle.  Le secrétaire devra coordonner la publication d’articles traitant des activités des Comités des comptes publics dans la Revue parlementaire canadienne.  Une série d’articles sur le sujet paraîtront au cours du printemps, de l’été et de l’automne 1986, de l’hiver 1986-1987, à l’automne 1987, à l’hiver 1987-1988, au printemps et à l’automne 1988 et à l’automne 1990.

1987 — Un sous-comité est nommé lors de la réunion tenue dans la Ville de Québec afin d'élaborer les lignes directrices d'un comité des comptes publics modèle et de présenter ses conclusions au Conseil en juillet 1988. Les membres du sous-comité sont Winston Baker, député de Terre-Neuve, Darlene Mazari, députée de la Colombie-Britannique, Aideen Nicholson, députée à la Chambre des communes et Ed Philip, député de l’Ontario.

1988 — Les délégués adoptent le rapport du sous-comité à Halifax.  Le rapport est par la suite publié et distribué en 1989 sous le titre Lignes directrices à l'intention des comités des comptes publics au Canada.  Ces lignes directrices sont encore utilisées par les différents comités des comptes publics.

1990 — À la conférence annuelle du Conseil à St. John’s les membres décident que les Lignes directrices ne serviront qu’au titre de document de travail, aucun organisme ne pouvant imposer des décisions liantes à des parlements.

1991 — Le Conseil publie une étude comparative sur l’implantation par les différentes juridictions du rapport Les comités des comptes publics et les vérificateurs législatifs.  Une plus grande responsabilité, 1980  et le document Lignes directrices, 1988.

1992 — Juillet — Le Conseil publie le Rapport du groupe de travail sur l’imputabilité des sociétés d’État et, un an plus tard, un rapport de suivi.  Les membres du groupe de travail sont Leonard Evans, député, Manitoba, Jean-Robert Gauthier, député, Canada et Rick Swenson, député, Saskatchewan.

1994  — Mars — Le CCCCP publie la première édition du Manuel du CCCCP qui est ensuite révisé à l’automne 1994 puis en juin 1997 et en 2000.  Il remplace le répertoire des divers comités de comptes publics canadiens et étrangers créé pour les membres et les associés du CCCCP en 1987 et revu en février 1990 et mars 1991.

1994 — La Conférence annuelle a lieu à Charlottetown; à la suite de la révision entreprise en 1993-1994, les statuts du Conseil sont modifiés.

1996 — C’est à Victoria, lors de sa 17e conférence annuelle, que le Conseil inaugure son site Internet.  On y trouve le Manuel du CCCCP, l’étude comparative juridictionnelle, l’étude sur l’imputabilité des sociétés d’État et la transcription de la conférence de 1996.

1998 — Printemps — Le Conseil publie le premier numéro de son bulletin d’information bilingue, Scrutiny et l’Imputabilité.

1998 — Les délégués à la conférence de Yellowknife endossent en principe la création d’une association internationale des comités des comptes publics.  Un comité composé de John Williams, député, Canada, Shiraz Shariff, député, Alberta, et Craig James, directeur exécutif, Colombie-Britannique, est mis sur pied afin d’étudier plus profondément le sujet.  Aucun rapport n’a encore été déposé.

1999 — C’est l’Assemblée nationale du Québec qui accueille la première conférence tripartite.  La réunion annuelle du CCCCP, du Conseil canadien des Vérificateurs et des Contrôleurs fédéraux, provinciaux et territoriaux a lieu simultanément dans la Ville de Québec.

Cette rencontre conjointe CCVCF\CCCCP explore les moyens de renforcer les relations entre les vérificateurs et les législateurs et d’identifier les bonnes pratiques à suivre par les vérificateurs législatifs et les comités des comptes publics.  Les résultats d’un questionnaire distribué par le Bureau du vérificateur du Québec à tous les Bureaux des vérificateurs et greffiers des comités des comptes publics sert de point de départ à la discussion.

2004 — Le Bureau du greffier des comités de l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique refait le design du site Internet du Conseil.

Pour ajout ou correction à la section “Historique du CCCCP” prière de communiquer avec ClerkComm@leg.bc.ca